Début

FPI : les ventes de logements neufs en baisse (-9,7 %) sur les 9 premiers mois de 2018

Paris - Publié le jeudi 15 novembre 2018 à 16 h 23 - n° 133531 « Sur les 9 premiers mois de 2018, les ventes de logements neufs baissent de 9,7 %, avec un infléchissement plus marqué au 3e trimestre 2018. Sur 12 mois glissants, la baisse est de 5,2 %. C’est un des plus mauvais 3e trimestres qu’on ait connu depuis 7 ans, à l’exception de 2014 », affirme Alexandra François-Cuxac, présidente de la FPIFPIFédération des promoteurs immobiliers, avec Marc Villand, président de la FPI Ile-de-France, à Paris le 15/11/2018.

La présidente de la FPI souligne 3 tendances :
• « les volumes restent importants, avec 83 481 logements neufs vendus sur 9 mois, légèrement moins élevés qu’en 2016 et 2017, mais supérieurs à 2015 ;
• les ventes aux accédants sont proches de l’équilibre (-1,7 % sur 9 mois) ;
• les ventes en bloc (-13,3 %) et, surtout, les ventes aux investisseurs (-17 %) fléchissent, dans un contexte d’incertitudes. »

Pour la FPI, « les ventes restent donc satisfaisantes en niveau, mais préoccupantes en tendance, avec une accélération de la baisse sur la période la plus récente ». Face à la demande, « l’offre reste trop contrainte et les mises en vente sont en nette baisse au 3e trimestre 2018  (-17,5 %) par rapport au 3e trimestre 2017, confirmant une tendance déjà observée depuis fin 2017 (-13,9 % sur 9 mois) ».

2 raisons expliquent, selon la fédération, le recul des ventes :
• le ralentissement de la demande sur le segment de l’investissement (dispositif Pinel et, dans une moindre mesure, les ventes en bloc) ;
• la difficulté croissante à produire les logements attendus par les ménages, faute de permis de construire.

La présidente de la FPI, estime que « la politique du logement est paradoxale, elle fixe des objectifs de construction ambitieux au niveau national, mais elle donne de fait un droit de veto aux maires, qui délivrent les permis de construire. Nous avons besoin de débattre entre collectivités locales, État et opérateurs privés, pour comprendre ce qui pousse des maires à l’attentisme, et inventer ensemble des solutions pour demain ».

Dans ce contexte, « les résultats du 4e trimestre seront fondamentaux, nous observons des tendances, nous voyons des signaux faibles. Le 4e trimestre est celui qui va permettre de confirmer des tendances », note Marc Villand, président de la FPI Ile-de-France.
Alexandra François-Cuxac, présidente de la FP - © S.C.
Alexandra François-Cuxac, présidente de la FP - © S.C.

Les raisons du « fléchissement » de la promotion immobilière au 3e trimestre 2018

Alexandra François-Cuxac, présidente de la FPI FPIFédération des promoteurs immobiliers, explique les motifs du « fléchissement » de l’activité de la promotion immobilière au 3e trimestre 2018 en présence de Marc Villand, président de la FPI Ile-de-France, à Paris, le 15/11/2018. 

« Un ralentissement de la demande qui tient au fléchissement de l’investissement »

  • « Au T3 2018, l’accession à la propriété reste un socle important des ventes au détail, dont elle représente près de la moitié des volumes. Elle reste globalement au niveau élevé de 2017, et soutient le marché dans des régions comme l’Ile-de-France (+8 % entre le T3 2017 et le T3 2018, 62 % des ventes au détail), les Hauts-de-France (+ 41 %) ou le Grand Est (+ 13 %). Sur ce marché, les fondamentaux restent bons (faiblesse des taux, maintien des aides publiques en zones tendues, propension à l’épargne des jeunes ménages) et les anticipations raisonnablement optimistes ;
  • l’investissement locatif représente la moitié des vente au détail. Plus volatile que l’accession à la propriété, il ralentit en 2018 (-17 % sur 9 mois, par rapport à une excellente année 2017). Plusieurs facteurs expliquent la tendance : la fermeture au dispositif Pinel de la zone B2, où il portait largement la construction neuve ; les incertitudes qui créent de l’attentisme chez les ménages investisseurs (prélèvement à la source, future réforme des retraites, évolution du pouvoir d’achat…) ; un discours des pouvoirs publics mal orienté à l’égard de la propriété immobilière locative ;
  • Les ventes en bloc s’inscrivent toujours en baisse d’environ 10 % depuis le début de l’année. Les ventes aux organismes HLMHLMHabitation à loyer modéré - logement géré par un organisme d'habitations à loyer modéré, public ou privé, qui bénéficie d'un financement public partiel, direct ou indirect en représentent, selon les régions, entre les 2/3 et les 3⁄4 : si la réforme des HLM engagée par le Gouvernement ralentit leurs achats en VEFAVEFAVente en état futur d'achèvement - Contrat de vente "sur plan", elle n’a pas pour effet de les tarir. Sur un marché très saisonnier où le dernier trimestre est de loin le plus important on ne pourra toutefois tirer de bilan qu’en fin 2018. »

« Les ventes souffrent de l’insuffisance de l’offre »

  • « La baisse des ventes trouve moins son origine dans le manque de clients que dans le manque d’offre. Trop peu de logements neufs sont mis sur le marché. L’observatoire de la FPI montre que les mises en vente du 3e trimestre 2018 sont faibles en valeur absolue (19 219, mais le 3e trimestre est habituellement le plus faible de l’année) et surtout en nette décroissance (-17,5 % par rapport au T3 2017), confirmant une tendance manifeste depuis fin 2017 (-13,9 % sur 9 mois) », note la FPI. La baisse est plus marquée dans des grandes agglomérations et régions parmi les plus tendues :
    • -24 % en Pays de Loire
    • -30 % dans le Grand Est
    • -33 % à Lyon
    • -34 % en Occitanie Méditerranée
    • -44 % en Bretagne
    • « L’Île-de-France, malgré la dynamique de production du Grand Paris, voit les mises en vente diminuer de 26 % », souligne la présidente de la FPI ;
  • Le stock de logements disponibles moins alimenté par de nouveaux projets, à la vente diminue légèrement et reste trop faible : l’offre commerciale ne représente toujours qu’un peu plus de 10 mois de commercialisation, quand on estime que 12 mois traduisent un marché équilibré. Des territoires parmi les plus tendus sont nettement en-deçà :
    • 8,6 mois en Nouvelle-Aquitaine,
    • 7,9 mois en Occitanie Méditerranée.

« L’approche des élections municipales de 2020 freine les décisions »

  • « Les causes structurelles sont connues : foncier cher, procédures d’instruction de permis de construire trop longues, recours abusifs », insiste Alexandra François Cuxac, le 15/11/2018.
  • La présidente des promoteurs de la FPI regrette que la « raréfaction de la ressource publique dans les territoires, et l’approche des élections municipales de 2020 freine les décisions et engagements de certains élus locaux en matière de permis de construire  auxquels s’ajoute la mise en place laborieuse de certains documents d’urbanisme à l’échelle intercommunale. »
Alexandra François-Cuxac
Fiche n° 29896, créée le 06/04/18 à 16:47 - MàJ le 27/06/18 à 12:25

Alexandra François-Cuxac



Parcours Depuis Jusqu'à
FPI (fédération des promoteurs immobiliers)
Présidente Juillet 2015 Aujourd'hui
Juillet 2015 Aujourd'hui
AFC PROMOTION
Présidente Janvier 2011 Aujourd'hui
Janvier 2011 Aujourd'hui
L'observatoire National du Logement Neuf
Présidente Janvier 2010 Aujourd'hui
Janvier 2010 Aujourd'hui
L'Observer de l'immobilier toulousain
Présidente fondatrice Janvier 2000 à Décembre 2012
Janvier 2000 Décembre 2012
Sagec
Vice-présidente 1989 à 2010
1989 2010
Êtablissement & diplôme Année(s)
École supérieure de Commerce de Pau
Étudiant

• Alexandra François-Cuxac a été élue en 2015 et réélue en juin 2018, au congrès de Biarritz.


Fédération des Promoteurs Immobiliers France
Fiche n° 6533, créée le 09/02/18 à 11:31 - MàJ le 09/02/18 à 11:43

Fédération des Promoteurs Immobiliers France

• Organisation professionnelle représentant les promoteurs du secteur privé
• Création :
1971 sous le nom de Fédération Nationale des Promoteurs-Constructeurs (FNPC), devenue en 2010 FPI France
• Membre de l’Union Européenne des Promoteurs-Constructeurs
• Missions :

- être un interlocuteur écouté des administrations, du gouvernement et des parlementaires
- participer activement, à travers diverses commissions, par des contacts formels ou informels, par des prises de position publiques, à l'élaboration des textes législatifs et réglementaires qui concernent les domaines d’activité de ses adhérents
- intervenir auprès des instances européennes au travers de l’UEPC
• 580 membres répartis en 18 Chambres régionales
• Présidente : Alexandra François-Cuxac, depuis le 01/07/2015
• Délégué général : Alexis Rouque
• Contact : Emmanuelle Rey, responsable Emploi Formation
• Tél. : 01 47 05 44 36



Fédération des Promoteurs Immobiliers France
106, rue de l'Université
75007 Paris - FRANCE
vCard meCard .vcf VCARD

Fin
loader mask
1