Début

Think Cities : « Dans les villes, la voirie est mal adaptée aux modes actifs » (A. Bachelay, Colombes)

Paris - Publié le mercredi 9 septembre 2020 à 16 h 27 - n° 192377 • Cerner plus précisément les changements de comportements individuels dans les mobilités du quotidien, accentués par la crise sanitaire ;
• revoir le modèle économique des transports collectifs si le risque sanitaire perdure et les taux de fréquentation diminuent ;
• utiliser le partage de la voirie comme levier de nouveaux usages ;
• privilégier les modes actifs sécurisés en centre-ville ;
• améliorer la continuité territoriale des réglementations routières avec une gouvernance coordonnée (voir le cas des ZFEZFEZones à faibles émissions métropolitaines ) ;
• privilégier les véhicules peu polluants et non bruyants en agglomération par des incitations ciblées.
Telle est la conclusion de la plénière « Quelles mobilités pour la ville décarbonée ? » de l'événement Think Cities le 03/09/2020 organisé à l’Institut Léonard de Vinci à Courbevoie (Hauts-de-Seine), avec Julien Bahri, directeur grands comptes international de BYD FranceBYD France, Thomas Côte, fondateur de WeverWever (plateforme de pilotage des mobilités), Alexis Bachelay, maire-adjoint à la Ville de Colombes en charge de l’aménagement durable, de l’urbanisme et du renouvellement urbain, et Rémy Le Boennec, docteur en économie au sein de VedecomVedecom.

« Dans beaucoup de villes, la voirie est mal adaptée aux modes actifs, dont les vélos et trottinettes. Il est difficile, par exemple, dans les zones pavillonnaires de faire des pistes cyclables, faute d’espace. Les leviers d’action pour réduire la pollution des transports sont individuels et collectifs », déclare Alexis Bachelay. « Nous devons aussi mieux gérer la gouvernance territoriale des mobilités, notamment autour de Paris. Ce sont des sujets d'échelle et de périmètre ». La Ville de Colombes (dirigée par un maire écologiste depuis juin 2020) va intégrer la ZFE de la Métropole du Grand Paris.

Avec la crise du Covid-19, les changement d’habitude (défiance envers les transports collectifs, travail à domicile plus répandu, retour de la voiture individuelle en ville…) sont scrutés par les opérateurs de transport public. « En matière de mobilité, chaque individu est une histoire et incarne une expérience utilisateur, déclare Thomas Cote (Wever). C’est pourquoi il faut rendre le pouvoir aux individus sur leur mobilité, avec une approche collaborative centrée sur l’humain. Les mobilités du quotidien ne se limitent pas à un flux statistique anonyme et il faut se sortir de l’approche centrée produit ».

La stratégie nationale bas carbone, la santé publique et le tournant des énergies d’origine non fossile définissent un cadre d’action publique. « Dans le mouvement de la transition énergétique, les environnements urbains sont les 1e à s'être mis en mouvement sur la transformation de leur flotte. L’offre de bus est variée. Quasiment tous les constructeurs ont un produit électrique. En revanche, le transport interurbain a démarré un peu plus tard, notamment en raison de besoins plus forts en autonomie. Le souhait des décideurs publics est d’agir en faveur de cette transition avec des solutions disponibles et éprouvées », indique Julien Bahri (BYD France).
Alexis Bachelay, maire-adjoint à la Ville de Colombes - © D.R.
Alexis Bachelay, maire-adjoint à la Ville de Colombes - © D.R.

« En France, nous avons dû adapter la gamme de nos produits »

« En France, la gamme a dû être adaptée. Il a fallu créer une filiale, trouver la localisation pour l’implantation, recruter une nouvelle équipe en France pouvant promouvoir les produits BYD sur le marché et bien sûr les adapter au marché. Tout cela prend du temps. Les 1e résultats paient. 3 réseaux urbains utilisent nos véhicules à Dunkerque, Orléans et Beauvais avec des midibus pour Dunkerque, des standards pour Beauvais et un articulé pour Orléans ». (Julien Bahri, responsable grands comptes international, BYD France)

Nouveaux modes de partage de la voirie

Nouvelle piste cyclable à Courvevoie - © BB Selon Vedecom, l’urbanisme tactique doit intégrer les nouveaux modes de partage de la voirie, à court et long termes. À court  terme, les 3 problématiques pour les communes sont :

  • les « coronapistes » créées lors du déconfinement en mai 2020 : éphémères, temporaires ou permanentes ?
  • les nouveaux modes d’occupation de l’espace urbain ;
  • l'élargissement des trottoirs et la fermeture de rues à la circulation automobile.

À plus long terme, se posent la question des :

  • véhicule électrique pour répondre à l’urgence climatique, aux nuisances émissives et sonores ;
  • véhicule autonome pour atténuer la congestion routière en milieu urbain ;
  • mobilités historiques à réinventer : mobilité collective, mobilité partagée et modes actifs intégrant les apports de la mobility as a service (MaaSMaaSMobility as a service - Principe de mobilité qui réunit en une plateforme unique tous les modes de transports disponibles pour un usager).

« La baisse des émissions de CO2 et de la dépendance énergétique chapeaute l’ensemble des réflexions. À l’échelon local, les PcaetPcaetPlan climat air énergie territorial - outil de planification qui a pour but d'atténuer le changement climatique, de développer les énergies renouvelables et maîtriser la consommation d'énergie peuvent permettre d’atténuer le changement climatique, développer les énergies renouvelables et maîtriser la consommation d’énergie. Plus largement, les enjeux sont liés aux nuisances associées à la mobilité individuelle motorisée en ville, aux émissions polluantes (particules fines, oxydes d’azote, exposition aux bruits…) et à la congestion routière », indique Rémy Le Boennec, docteur en économie chez Vedecom.

BYD France
Fiche n° 6600, créée le 20/02/18 à 09:56 - MàJ le 26/08/20 à 14:10

BYD France

• SAS spécialisée dans le secteur d’activité de la fabrication de moteurs, génératrices et transformateurs électriques
Filiale du constructeur automobile chinois BYD
Président :
Isbrand Ho
Directeur général : Liyun Tian
Directeur commercial : Julien Bahri
Responsable marketing et relations publiques : Aurélie Plaisant
Tél. : 07 62 34 10 96
contact


Vedecom
Fiche n° 7452, créée le 25/07/18 à 11:29 - MàJ le 07/04/20 à 09:39

Vedecom

• Institut français de recherche partenariale publique-privée et de formation dédié à la mobilité individuelle décarbonée et durable. Vedecom est un Institut pour la transition énergétique (ITE) mis en place dans le cadre du programme d’investissements d’avenir
3 domaines de recherche : électrification des véhicules ; délégation de conduite et connectivité ; mobilité et énergie partagées.
Institut pour la Ville en mouvement, crée en 2016
Vedecom Tech, crée en 2017, filiale commerciale dont l’objectif est d’être le lien entre la recherche et le marché
Membres de Vedecom : 58 (Cetim, Esigelec, Estaca, IFP Énergies nouvelles, Ifsttar, PSA, Renault, Safran, Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines, Valeo…)
Création : février 2014
Président : Tony Jaux
Directeur général : Philippe Watteau
Effectifs : 190 salariés
Contact : Juliette Duault, directrice de la communication
Tél. : 01 85 36 01 47



Wever
Fiche n° 7489, créée le 02/08/18 à 03:59 - MàJ le 02/12/19 à 21:30

Wever

• Wever est une société (SASU) qui propose une application smartphone et web qui permet au public de faire remonter les problématiques de mobilité. Conçoit des outils d’aide à la décision pour accompagner les collectivités et entreprises dans la construction d’une offre de mobilité sur mesure.
Création : 2015
Actionnariat : Transdev (10 % du capital)
CEO et fondateur : Thomas Côte
Effectif : 7 salariés
Tél. : 06 31 89 81 62



Wever
37-41 Boulevard Dubouchage
06000 Nice - FRANCE
vCard meCard .vcf VCARD

Fin
loader mask
1