Début

Exclusif Île-de-France : « Porter une relance écologique dans l’esprit de la conférence climat » (V. Pécresse)

Paris - Publié le vendredi 11 décembre 2020 à 18 h 29 - n° 202439 « Je veux porter une relance écologique en Île-de-France, donner de nouvelles commandes aux entreprises mais avec la volonté de mieux construire. L’objectif à atteindre a été fixé lors de notre conférence climat Île-de-France organisée les 16 et 17/09/2020. Nous voulons une région zéro artificialisation nette, zéro émission nette et zéro ressource nette, qui mise sur l’économie circulaire notamment dans le secteur de la construction », indique à News Tank Valérie PécresseValérie Pécresse, présidente de l'établissement public foncier d'Île-de-France (EPFIFEPFIFL’établissement public foncier d’Île-de-France) et de la Région Île-de-FranceRégion Île-de-France, le 11/12/2020 à Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis).

« Ces nouvelles orientations seront de nature à rassurer les maires sur le fait qu’on peut encore construire, aménager les territoires tout en les ménageant », déclare Valérie Pécresse suite au conseil d’administration de l’EPFEPFÉtablissement public foncier - leur mission est d'acquérir des terrains (portage de terrains) en vue d'y construire des logements ou de nouveaux quartiers ou encore des équipements publics le 09/12/2020. « La crise sanitaire liée à la Covid-19Covid-19Maladie virale provoquée par le coronavirus SARS-CoV-2. Il est responsable d'une épidémie qui a démarré à Wuhan en Chine en novembre 2019 évoluant au statut de pandémie en mars 2020 a impacté tous les secteurs économiques, y compris le secteur du logement. 2020 devait être celle du redémarrage, la période de confinement lié à la Covid-19Covid-19Maladie virale provoquée par le coronavirus SARS-CoV-2. Il est responsable d'une épidémie qui a démarré à Wuhan en Chine en novembre 2019 évoluant au statut de pandémie en mars 2020 a bloqué les chantiers et le report du 2e tour des élections municipales a gêné les nouveaux projets. Malgré ce contexte délicat, les équipes de l’EPFIF ont réussi à atteindre les objectifs que le conseil d’administration avait fixés fin 2019. L’établissement a un rôle essentiel à jouer pour la relance de l’économie et de la construction car il alimente, en foncier prêt à l’emploi, les opérateurs publics et privés (aménageurs, promoteurs ou bailleurs sociaux) ».

« Toute notre attention est mobilisée sur les mois à venir et sur la préparation de la ville de demain car l’urgence commande, urgence économique et sociale, urgence climatique. Nous venons de voter le budget 2021. L’EPF investira un demi-milliard (550 M€) pour les acquisitions, près du double du montant des investissements de 2016. En matière de cessions, nous prévoyons de poursuivre notre offensive foncière avec le franchissement d’un nouveau seuil de 300 M€. L’action de l’EPFIF est passée de l’équivalent de 5 000 logements créés sur les fonciers cédés à plus de 7 000 depuis 2019 », dit-elle.

Valérie Pécresse répond aux questions de News Tank.
Valérie Pécresse, présidente l'EPF et de la Région IDF - © EPF Île-de-France
Valérie Pécresse, présidente l'EPF et de la Région IDF - © EPF Île-de-France

« Chaque logement construit en Ile-de-France représente l’équivalent de 1,7 emploi »

L'établissement public foncier d'Île-de-France atteindra-t-il ses objectifs de cessions et d’acquisitions en 2020 ?  

L'EPF IDF a un rôle essentiel à jouer pour la relance de l’économie et de la construction La crise sanitaire liée à la Covid-19Covid-19Maladie virale provoquée par le coronavirus SARS-CoV-2. Il est responsable d'une épidémie qui a démarré à Wuhan en Chine en novembre 2019 évoluant au statut de pandémie en mars 2020 a impacté tous les secteurs économiques, y compris le secteur du logement. 2020 devait être l’année du redémarrage, la période de confinement lié à la Covid-19 a bloqué les chantiers et les nouveaux projets en raison du report du 2e tour des élections municipales. Malgré ce contexte délicat, les équipes de l’Établissement public foncier d’Ile-de-France menées par le directeur général Gilles BouvelotGilles Bouvelot , ont réussi à atteindre les objectifs que le conseil d’administration avait fixés fin 2019. Au-delà de la performance, il faut rappeler que l’établissement public foncier a un rôle essentiel à jouer pour la relance de l’économie et de la construction puisqu’il alimente en foncier prêt à l’emploi les opérateurs publics et privés (aménageurs, promoteurs ou bailleurs sociaux).

À l’heure où l’Île-de-France accueille chaque année plusieurs dizaines de milliers de nouveaux habitants, il est essentiel de continuer à créer de nouveaux logements, faute de quoi les travailleurs-clés de la crise, les familles les plus fragiles, les jeunes actifs seront les premiers pénalisés par une offre trop faible et des prix trop élevés. Il s’agit également d’un enjeu économique pour la relance. Le marché du logement francilien est le 1e marché en France et chaque logement construit représente l’équivalent de 1,7 emploi. L’EPFIF, acteur central qui soutient et facilite la production de logements pour tous, prendra toute sa part dans la relance.

À ma demande, les équipes de l’établissement ont mis en œuvre des mesures d’annulation de loyer couvrant les périodes de confinement. Lors du 1e confinement, 275 entreprises ou structures locataires de l’EPF ont bénéficié de la mesure qui représente un manque à gagner de 2,7 M€. C’est dans cet état d’esprit que j’ai proposé, lors du dernier conseil d’administration, d’appliquer une nouvelle annulation de loyers ciblée sur les activités n’ayant pas pu rouvrir, les cafés, restaurants et hôtels. La mesure a été votée à l’unanimité des administrateurs. 

Quels est le bilan du programme pluriannuel d’intervention 2016-2020 et votre nouvelle feuille de route stratégique (2021-2025) ?

Nous avons augmenté la production dans le logement social, soit 40 % des logements générés par l’action foncièreQuand j’ai été élue à la présidence du conseil d’administration de l’EPFIFEPFIFL’établissement public foncier d’Île-de-France en mars 2016, j’ai donné le signal de la mobilisation de la Région Île-de-FranceRégion Île-de-France et de tous ses partenaires en faveur du logement et du développement économique, par une stratégie foncière très offensive. Cela a consisté à inverser les priorités de l'Établissement pour le mettre dans une logique non plus principalement d’acquisition de terrains, mais bien de cession de ces terrains pour accompagner les projets des maires. Nous avons simplifié les normes qui s’appliquaient en complément de la loi, pour l’ensemble des cessions foncières, ainsi qu’une politique d’investissement beaucoup plus ambitieuse. En faisant confiance aux maires franciliens, nous avons augmenté la production de logements sociaux qui représente en moyenne plus de 40 % des logements générés par l’action foncière. Mieux, le réseau partenarial des maires s’est élargi et renforcé. Ce sont ces orientations qui articulaient la feuille de route stratégique (PPIPPIProgramme pluriannuel d'intervention 2016-2020).

La mobilisation foncière a été réalisée dans les délais et les enveloppes prévues concernant Paris 2024Non seulement, l’Établissement a atteint les objectifs fixés, mais il les a dépassés en avance de phase. La mobilisation foncière pour les JOPJOPJeux olympiques et paralympiques de Paris 2024 a été réalisée dans les délais avec les enveloppes prévues. Les interventions de l’EPF Île-de-France pour éviter la flambée des prix des fonciers autour des gares du Grand Paris Express sont largement déployées, à telle enseigne, qu’une filiale de portage à long terme a été créée entretemps avec la Banque des TerritoiresBanque des Territoires. Avec un conseil d’administration qui est le reflet des gouvernances des territoires franciliens et des collectivités soutenues dans leurs choix, nous enregistrons chaque année de nouveaux records d’activité. Ces résultats sont le reflet de l’engagement sans faille des équipes de l’établissement. Ce succès, nous le partageons avec tous les opérateurs au service du logement des Franciliens.

C’est grâce à un travail partenarial piloté par l’EPF Île-de-France, qui mobilise notamment les services de l’État et les collectivités concernées, que la requalification des copropriétés dégradées d’intérêt national a été engagée, tout comme la lutte contre l’habitat indigne. Pour éliminer les marchands de sommeil dans le tissu pavillonnaire et couper l’herbe sous le pied à tous ceux qui font commerce de la misère, l’EPFIF a mobilisé ses moyens aux côtés d’Action Logement ImmobilierAction Logement Immobilier pour créer une filiale commune, la SifaeSifaeSociété immobilière et foncière composée d'Action Logement et de l'Epfif. Elle aidera les maires à maîtriser les phénomènes de division pavillonnaire.

Comment abordez-vous 2021 et avec quels repères ?

Toute notre attention est mobilisée sur les mois à venir et sur la préparation de la ville de demain car l’urgence commande, urgence économique et sociale, urgence climatique. Nous venons de voter le budget 2021. L’EPF investira un demi-milliard (550 M€) pour les acquisitions, près du double du montant des investissements de 2016. En matière de cessions, nous prévoyons de poursuivre notre offensive foncière avec le franchissement d’un nouveau seuil de 300 M€. L’action de l’EPF Île-de-France est passée de l’équivalent de 5 000 logements créés sur les fonciers cédés à plus de 7 000 depuis 2019. Ces résultats témoignent du niveau de confiance des maires envers l’établissement dont le portefeuille contractuel, c’est-à-dire les engagements d’investissement dans les territoires franciliens, dépasse les 5 Md€. 

Action Cœur de Ville concerne 19 villes en Île-de-FranceL’EPF est engagé pour la revitalisation des centres-bourgs et accompagne le programme Action Cœur de Ville qui concerne 19 villes en Île-de-France. Il intervient au côté de 15 d’entre elles. Ce ne sont que quelques exemples des réalisations du PPI 2016-2020 mais elles démontrent que la trajectoire ambitieuse tracée pour l’EPFIF il y a 5 ans a été respectée. Nous le devons à la qualité de l’engagement sans faille des équipes de l’Établissement. Je souhaite aussi remercier les administrateurs de l’EPF Île-de-France pour leur mobilisation depuis 2016. Le prochain PPI, présenté en conseil d’administration au début 2021, reprendra les principes qui ont fait la réussite du PPI actuel, avec des objectifs plus ambitieux. Cette nouvelle feuille de route intègrera les évolutions nécessaires pour exploiter la force de frappe de l’établissement en vue de faire prendre un tournant résolument écologique aux métiers de l’immobilier et de la construction.

La crise sanitaire en 2020 et son impact économique remettent-ils en cause des projets initiés par les municipalités nouvellement élues ?

Nous devons intensifier la transformation urbaine, ces entrées de ville abîméesLa longue campagne électorale due au Covid-19 a conduit de nombreux maires à se concentrer sur la finalisation des projets qu’ils avaient engagés plutôt que d’en lancer de nouveaux. C’est classique à chaque élection municipale et c’est légitime. J’ai été alertée sur la baisse conjoncturelle de la commande publique par les acteurs de l’immobilier et du logement. Cela s’explique par le besoin pour les collectivités de soutenir à court terme les secteurs les plus touchés par la crise (petits commerces, restauration ou hôtellerie). L’aide d’urgence a mis à mal les finances des collectivités, et même leurs capacités à s’engager dans des nouveaux projets ambitieux, dans un contexte où l’État avait déjà rogné sur leurs capacités financières ces dernières années. Nous ne pouvons ignorer l’inquiétude de nos concitoyens sur les conséquences de l’expansion urbaine. Cette sensibilité est d’autant plus forte que la crise du Covid-19 a renforcé le besoin de nos concitoyens de bénéficier d’un espace public qui offre des respirations, un droit à la nature en ville. C’est un questionnement pour l’ensemble des opérateurs sur nos manières de faire. En revanche, nous devons intensifier la transformation urbaine, ces entrées de ville abîmées, ces bâtiments obsolètes qui défigurent le cadre de vie. L’aménagement durable du territoire francilien est un levier de l’amélioration de notre cadre de vie. Nous devons aider les collectivités à mieux expliquer nos enjeux urbains et notre stratégie pour une région plus polycentrique, plus durable.

C’est pour répondre à ces enjeux que je veux porter une relance écologique en Île-de-France, donner de nouvelles commandes aux entreprises mais avec la volonté de mieux construire. L’objectif à atteindre a été fixé lors de notre conférence Climat Île-de-France les 16 et 17/09/2020. Nous voulons une région zéro artificialisation nette (ZANZANZéro artificialisation nette - Objectif de réduction de la consommation d'espace à zéro unité nette de surface consommée en 2050, fixé par le plan Biodiversité du Gouvernement en juillet 2018), zéro émission nette (ZENZENZéro émission nette) et zéro ressource nette (ZRNZRNZéro ressource nette), qui mise sur l’économie circulaire notamment dans le secteur de la construction. Ces nouvelles orientations seront de nature à rassurer les maires sur le fait qu’on peut encore construire, aménager les territoires tout en les ménageant. L’EPF doit accompagner ce travail de pédagogie en portant des opérations emblématiques de la Ville désirable sur ses fonciers cédés. Le budget pour 2021 que nous venons de voter prévoit que l’EPF renforcera, sans attendre, ses expertises sur les champs relevant de la transition écologique.

33 administrateurs dont 4 représentants de l’État

33 administrateurs dont 4 représentants de l’État

Le conseil d’administration comprend 33 administrateurs dont 4 représentants de l’État et 29 représentants des collectivités locales (13 représentants de la Région Île-de-France, 8 représentants des Départements d’Île-de-France, 4 représentants de la Métropole du Grand Paris et 4 représentants des EPCI de Grande Couronne).

Les opérations d’intérêt national de requalification des copropriétés dégradées (Orcod-INORCOD-INOpération de requalification des copropriétés dégradées d'intérêt national) continuent-elles d’avancer selon le calendrier prévu ?

Les Orcod-IN progressent au rythme prévuLes Orcod-IN progressent au rythme prévu, ce qui, là encore, constitue une prouesse avec les 2 confinements successifs qui bloquent les visites de terrain. Il faut rappeler que l’EPF Île-de-France acquiert des appartements, met en œuvre aux côtés des collectivités concernées des grands projets urbains pour améliorer le cadre de vie avec l’appui d’un réseau partenarial et qu’il renégocie les dettes des copropriétés. C’est une mobilisation exceptionnelle de nombreux acteurs qu’il faut saluer, des services de l’État, de l’Agence Nationale pour la Rénovation UrbaineAgence Nationale pour la Rénovation Urbaine (ANRUANRUAgence nationale pour la rénovation urbaine), de l’Agence nationale de l’habitatAgence nationale de l'habitat (ANAHANAHAgence nationale de l'habitat), des Départements, des maires, des bailleurs sociaux.

Je tiens à souligner à ce titre la complémentarité d’action entre la Région Île-de-France, qui a un dispositif d’accompagnement des copropriétés dégradées, et l’EPF Île-de-France. Sur les copropriétés du Val-Fourré à Mantes-la-Jolie (Yvelines) comme sur celles du Parc de la Noue à Villepinte (Seine-Saint-Denis), la Région a financé des mesures d’ingénierie et surtout des travaux d’urgence, de réhabilitation et de rénovation thermique qui seront menés jusqu’à passer le flambeau à l’EPF Ile-de-France. Ce dernier met en œuvre un accompagnement social auprès des résidents, travail éminemment complexe dont la difficulté a été accentuée pendant les périodes de confinement.

L’expertise acquise par l’établissement est encore unique en France. Il pilote les 4 premières Orcod-In, le mettant ainsi à la pointe de la lutte contre l’habitat indigne. C’est dans ce cadre qu’il va mettre en place un centre de ressources qui permettra de partager son expérience avec les établissements publics fonciers d’autres régions. Si l’on voulait résumer ces missions très délicates, nous pourrions dire que l’EPF, grâce à la mobilisation foncière, renouvelle la ville sur la ville et la répare sur ces grandes copropriétés dégradées. En résumé, c’est à la fois un traitement de l’urbain et de l’humain.

Dans le cadre du plan de prévention de traitement des tissus pavillonnaires fragiles en Île-de-France, quand s’enclenchera l’activité opérationnelle de la Sifae après l’avoir expérimenté en 2019 en Sein-Saint-Denis à Aulnay-sous-Bois, Clichy-sous-Bois et Montfermeil ?

La Sifae aidera les élus à maîtriser les phénomènes de division pavillonnaireL’activité opérationnelle de la SifaeSifaeSociété immobilière et foncière composée d'Action Logement et de l'Epfif est déjà engagée. Pour l’EPF et l’ensemble de ses filiales, le point de départ de toute intervention foncière est toujours la rencontre et le dialogue avec les élus du territoire concerné. Des positions foncières ont déjà engagées à Clichy-sous-Bois, Aulnay-sous-Bois et Montfermeil. C’est une initiative que j’ai lancée en 2016, avec le préfet de Région, et dont l’objectif est de répondre à la difficulté des maires face aux marchands de sommeil dans le pavillonnaire. Avec la crise économique et sociale, cet outil risque malheureusement de devoir monter en puissance, rendu plus indispensable dans la palette des outils d’intervention de l’établissement grâce à l’appui d’Action LogementAction Logement sur cette question.  

Comment matérialiser l’engagement de l’EPFIF dans la transition écologique ? 

97 % des fonciers que transforme l'EPF Île-de-France sont déjà urbainsL’établissement est déjà porteur de cette mobilisation pour la transition écologique puisque 97 % des fonciers qu’il transforme sont déjà urbains et le plus souvent déjà bâtis. C’est ce que l’on peut appeler l'économie circulaire du foncier. J’ai demandé à ce que nous allions plus loin car la transition écologique n’est pas une contrainte mais une opportunité. Il est possible d’aller plus loin sur ces fonciers recyclés, en développant auprès des collectivités comme des constructeurs, une pédagogie de la biodiversité et de la renaturation des projets. L’EPFIF apportera un appui méthodologique sur ces enjeux, sans créer bien sûr de normes nouvelles. Il faut inciter, accompagner et soutenir cette transition écologique qui pour être réaliste a besoin d’être graduelle. Les équipes travaillent sur un concept de charge foncière verte. L’EPF est un des partenaires réunis par la Région dans le cadre du plan régional de mobilisation des friches franciliennes lancé il y a un an. Cette préoccupation, au cœur du prochain PPI, concernera en particulier les opérations dans le diffus, hors ZACZACZone d'aménagement concerté - procédure d'urbanisme qui permet aux collectivités ou aux établissements publics y ayant vocation, de réaliser ou de faire réaliser des opérations d'aménagement urbain, qui représentent 80 % de la construction.

Valérie Pécresse
Fiche n° 29652, créée le 23/03/18 à 22:42 - MàJ le 27/09/20 à 00:04

Valérie Pécresse

Date de naissance : 14/07/1967

Parcours Depuis Jusqu'à
Établissement public foncier d'Ile-de-France
Présidente Octobre 2019 Aujourd'hui
Octobre 2019 Aujourd'hui
Soyons libres
Présidente du parti politique Septembre 2017 Aujourd'hui
Septembre 2017 Aujourd'hui
Région Île-de-France
Présidente Décembre 2015 Aujourd'hui
Décembre 2015 Aujourd'hui
Île-de-France Mobilités
Présidente Décembre 2015 Aujourd'hui
Décembre 2015 Aujourd'hui
Les Républicains
Membre 2015 à 2019
2015 2019
Assemblée nationale
Députée des Yvelines Juin 2012 à Janvier 2016
Juin 2012 Janvier 2016
Région Île-de-France
Conseillère régionale Mars 2004 à Décembre 2015
Mars 2004 Décembre 2015
Union pour un mouvement populaire
Membre 2002 à 2015
2002 2015
Ministère du Budget, des Comptes publics et de la Réforme de l'État
Ministre Juin 2011 à Mai 2012
Juin 2011 Mai 2012
État français
Porte-parole du gouvernement de Nicolas Sarkozy Juin 2011 à Mai 2012
Juin 2011 Mai 2012
Ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche
Ministre Mai 2007 à Juin 2011
Mai 2007 Juin 2011
Assemblée nationale
Députée des Yvelines Juin 2002 à Juillet 2007
Juin 2002 Juillet 2007
Président de la République
Conseillère chargée des études, de la prospective et des technologies de l’information 1998 à 2002
1998 2002
Conseil d’État
Auditrice 1992 à 1998
1992 1998
Êtablissement & diplôme Année(s)
École Nationale d'Administration
Diplôme 1990 - 1992
1990 1992
HEC Paris
Diplôme 1988
1988

• Née le 14/07/1967


Établissement public foncier d'Ile-de-France
Fiche n° 7504, créée le 07/08/18 à 06:06 - MàJ le 11/03/20 à 16:36

Établissement public foncier d'Ile-de-France

• L’EPFIF (établissement public foncier d’Ile-de-France) est un établissement public de l’État, né de la fusion des EPF départementaux franciliens en 2016. Il contribue à l’offre de logements (dont les logements locatifs sociaux) et au développement économique, par la production de foncier constructible. L’EPFIF pilote des opérations de requalification des copropriétés dégradées d’intérêt national (type ORCOD-IN). 385 collectivités sont partenaires (75 % de la population francilienne)
Création : 2006
Engagements d’investissements (2019) : 5,4 Md€
Portefeuille foncier (2019) : 2,2 Md€
Présidente : Valérie Pécresse (depuis le 02/10/2019)
Directeur général : Gilles Bouvelot
Directeurs généraux adjoints : François Bertrand et Michel Gérin
Directeur de la communication : Guillaume Idier
Tél. : 01 40 78 90 90
contact



Établissement public foncier d'Ile-de-France
4/14, rue Ferrus
75014 Paris - FRANCE
vCard meCard .vcf VCARD

Région Île-de-France
Fiche n° 6918, créée le 09/04/18 à 11:35 - MàJ le 13/12/19 à 14:56

Région Île-de-France

• Assemblée délibérante de la région Île-de-France
• Départements : Paris (75), Seine-et-Marne (77), Yvelines (78), Essonne (91), Hauts-de-Seine (92), Seine-Saint-Denis (93), Val-de-Marne (94) et Val-d’Oise (95)
• Préfecture : Paris
• Création : 1976 (Loi n° 76-394 du 06/051976)
• Budget (2019) : 5 Md€ (dont 2 Md€ de dépenses d’investissements)
• Présidente : Valérie Pécresse
• Conseil régional : 209 élus franciliens, 19 commissions thématiques
• Effectifs : 10 300 agents
• Tél. : 01 53 85 53 85


Fin
loader mask
1