ExclusifEPA Marne-EPAFrance : « Renforcer en 2021 les sujets climat et construction décarbonée » (L. Girometti)

News Tank Cities - Paris - Interview n°207580 - Publié le 10/02/2021 à 09:00
- +
©  (EPA Marne / photo Christophe Caudroy)
Laurent Girometti, directeur général EPA Marn -EPA France - ©  (EPA Marne / photo Christophe Caudroy)

« Les défis de notre projet stratégique sont renforcés en 2021 sur les sujets climat et de la construction décarbonée, sur les voies et moyens de développer l’habitat, sans augmenter l’imperméabilisation des sols. Nous sommes exigeants sur la performance environnementale des constructions qui vont s’insérer dans nos opérations. Plus de 60 % des projets engagés en 2020 disposent d’un label E+C- Énergie positive et bas carbone - Label lancé par l'État sous forme d’expérimentation nationale pendant 2 ans. Il doit remplacer en 2020 la réglementation thermique 2012 (RT 2012) dont plus de 30 % en E3C2 sur le plan énergétique et carbone », indique Laurent Girometti Directeur général @ Établissement public d’aménagement de Marne-la-Vallée (EPA Marne - EPA France)
, directeur général de l'établissement public d’aménagement de Marne-la-Vallée (EPA Établissement public d’aménagement - Établissements publics à caractère industriel et commercial, créés par décret en Conseil d’État pour favoriser l’aménagement et le développement durable. Marne - EPA France), le 09/02/2021.

« Nous sommes porteurs d’un certain nombre d’opérations labellisés bas-carbone et la construction bois. Nous avons beaucoup travaillé sur les sujets d’éco-construction, de matériaux biosourcés. Le recyclage et le réemploi font partie des éléments sur lesquels nous souhaitons travailler. Ces grands axes ne sont pas remis en cause », déclare le directeur général de l’EPA depuis 2018.

« Les EPA sont convaincus qu’une des voies de la relance est le développement de la transition écologique des territoires. Concevoir la ville durable et décarbonée, centrée sur l’amélioration du cadre de vie et la préservation du patrimoine naturel, est source d’innovations et de solutions réplicables et industrialisables. Elles sont aussi génératrices d’emplois et de valeur », dit Laurent Girometti.

En 2021, « nos mots d’ordre sont dynamisme et écologie » avec la volonté de « faire de l’est parisien le démonstrateur de la transition écologique des territoires, via 61 ZAC Zone d’aménagement concerté - procédure d’urbanisme qui permet aux collectivités ou aux établissements publics y ayant vocation, de réaliser ou de faire réaliser des opérations d’aménagement urbain actives sur le territoire. Elles doivent attester d’une relance durable et décarbonée au sortir de la crise sanitaire liée à la Covid-19 », dit-il. L’EPA de Marne-la-Vallée présidé par Yann Dubosc, maire de Bussy Saint-Georges, a signé en 2020 la réalisation de 11,7 hectares de terrains d’activités, de 28 600 m² de bureaux, commerces et de 1 490  logements.

Laurent Girometti répond aux questions de News Tank.


« 2 000 logements produits, 10 à 20 000 mde bureaux et une quinzaine d’hectares de locaux d’activités, en année normale »

Quels sont les périmètres de l’action EPA Marne-EPA France ? 

Nous nous efforçons de concevoir des quartiers équilibrés »

Le territoire joue un rôle important dans l’équilibre global de l’Île-de-France. Il constitue un pôle d’équilibre à l’est, caractérisé par un bon équilibre habitat et emploi. Nous disposons d’un tissu de PME et PMI très dynamique, des entreprises attachées au territoire, qui s’y développent. Le territoire présente des caractéristiques résidentielles qui mixent attractivité économique, qualité du cadre de vie et haut niveau d’équipement. C’est un territoire fortement aménagé et pensé. Le rapport à la nature, la trame verte, le traitement de lisières, les ceintures agricoles en sont la preuve. Dans une année normale, notre activité représente 2 000 logements produits, 10 à 20 000 mde bureaux et une quinzaine d’hectares de locaux d’activités de PME et PMI. Nous nous efforçons de concevoir des quartiers équilibrés, qui répondent aux aspirations dans lesquelles on trouve un maximum de services à proximité.

Les établissements publics EPA Marne-EPA France interviennent sur 44 communes sur 293 km2 (3 fois celle de Paris) avec plus de 610 000 habitants. Depuis sa création en 1972, le périmètre d’intervention d’EPA Marne, aménageur de l’est de l'Île-de-France, a été étendu. Il comprend les agglomérations de Paris-Vallée de la Marne, Marne-et-Gondoire, et une partie de la Métropole du Grand Paris, autour de Noisy-le-Grand, Champs-sur-Marne et Bussy-Saint-George. Un 2e établissement public, EPA France dédié à l’urbanisation de la zone d’aménagement autour de Disneyland, le Val d’Europe, a été créé en 1987.

« Faire de l’est parisien le démonstrateur de la transition écologique des territoires » est le leitmotiv d’EPA Marne-EPA France. Comment se traduit cette ambition en 2021 ? 

Une des voies de la relance est le développement de la transition écologique »

Les défis de notre projet stratégique sont renforcés en 2021, sur les sujets climat et de la construction décarbonée pour lesquels nous œuvrons, par exemple pour réfléchir aux voies et aux moyens de développer l’habitat sans renforcer l’imperméabilisation des sols. Nous sommes donc exigeants sur la performance environnementale des constructions qui vont s’insérer dans nos opérations. Il faut savoir, par exemple, que plus de 60 % de ce qu’on a engagé comme projet en 2020 dispose d’un label E+C- Énergie positive et bas carbone - Label lancé par l'État sous forme d’expérimentation nationale pendant 2 ans. Il doit remplacer en 2020 la réglementation thermique 2012 (RT 2012) dont plus de 30 % en E3C2 sur le plan énergétique et carbone. Nous sommes porteurs d’un certain nombre d’opérations labellisés bas-carbone où l’on développe la construction bois. Nous avons aussi beaucoup travaillé sur les sujets d’éco-construction, de matériaux biosourcés. Le recyclage et le réemploi font partie des éléments sur lesquels nous souhaitons travailler. Ces grands axes ne sont pas remis en cause.

Les conséquences économiques de 2020 sont déjà perceptibles dans l’aménagement et l’immobilier. Les EPA sont convaincus qu’une des voies de la relance est le développement de la transition écologique des territoires, dans laquelle ils sont engagés depuis des années. Concevoir la ville durable et décarbonée, centrée sur l’amélioration du cadre de vie et la préservation du patrimoine naturel, est source d’innovations et de solutions réplicables et industrialisables. Elles sont aussi génératrices d’emplois et de valeur.

EPA Marne-EPA France entendent maintenir en 2021 une activité opérationnelle soutenue sur l’ensemble de leur périmètre d’intervention, avec de nombreux projets d’aménagement répartis sur les 61 ZAC Zone d’aménagement concerté - procédure d’urbanisme qui permet aux collectivités ou aux établissements publics y ayant vocation, de réaliser ou de faire réaliser des opérations d’aménagement urbain actives, de Bry-sur-Marne au Val d’Europe, en passant par Chelles via la SPLA-IN Société publique locale d’aménagement d’intérêt national M2CA et Ormesson-sur-Marne. Les écoquartiers du Sycomore à Bussy-Saint-Georges ou des Roseaux à Montévrain sont les 2 vitrines du territoire, avec une attention très forte sur la qualité paysagère, la construction durable et décarbonée, et la gestion des eaux pluviales.

La situation remet-elle en cause les orientations de votre projet stratégique et opérationnel ?

80 M€ engagés sur EPA Marne et 40 M€ sur EPA France dans les travaux d’aménagement en 2021 »

Nous ne constatons pas d’abandons de projets. Cela se vérifie sur notre territoire pour le résidentiel comme pour le tertiaire. Même si nous n’avions pas un gros volume de bureaux cette année, les ventes continuent de se réaliser. Si la crise sanitaire liée à la Covid-19 souhaite nous laisser travailler un peu, la feuille de route consiste à rattraper beaucoup de points que l’on a pas pu aborder en 2020. Je rappelle qu’effectivement, les travaux seront particulièrement importants sur notre territoire. 80 M€ de travaux seront engagés en 2021 sur EPA Marne et 40 M€ sur EPA France. Cela tient du fait que nous avons lancé des chantiers de grande envergure sur le site de Marne Europe à Villiers-sur-Marne, à travers notamment une opération d’aménagement d’un quartier mixte situé au pied de la future gare du Grand Paris Express (GPE Grand Paris Express - réseau de transport de la métropole du Grand Paris ) ou également des travaux programmés à Bussy Saint-Georges.

Nous ne prenons en charge que les surcoûts directs »

En 2020, notamment durant le 1e confinement (du 17/03 au 11/05/2020), nous avons été très clairs en tant que maître d’ouvrage avec les entreprises de construction, confrontées à des surcoûts, nous ne prenons en charge que les surcoûts directs, les fournitures de nettoyages. Nous avons également été clairs lors de la suspension et la reprise des chantiers, en prenant des ordres de service d’arrêt puis de redémarrage des chantiers, afin d'éviter toute ambiguïté sur le sujet de la responsabilité de la suspension des travaux.  

En 2020, EPA Marne et EPA France ont signé la réalisation de 11,7 hectares de terrains d’activités, plus de 28 600 m² de bureaux, commerces et services et 1 490 logements. Ce mix pourrait-il être remis en cause avec la crise ?

Bureaux : le pôle installé à Marne Europe et à Noisy-Champs devrait résister à la crise »

Je ne crois pas. 2020 n’a pas été catastrophique en termes de production de logements, par exemple. En logement, on est d’habitude plus proche des 2 000 logements que des 1 500 en 2020. La situation peut donc fluctuer d’une année sur l’autre. Est-ce que la répartition a changé ? Je n’en suis pas persuadé. Le besoin et le potentiel résidentiel existent sur notre territoire. Sur le plan économique, on ne constate pas à ce stade d’effondrement d’activités, à l’exception du secteur du tourisme et de l’hôtellerie en grande difficulté pour 1 ou 2 ans. En revanche, notre activité du pôle de bureaux installé du côté de Marne Europe et de Noisy-Champs devrait résister à la crise qu’on annonce sur le marché du bureau. 

Quels sont les défis de l’aménagement en 2021 ?

La logistique du dernier kilomètre reste peu développée sur notre territoire »

La logistique du dernier kilomètre reste peu développée sur notre territoire. En revanche, nous constatons que les opérateurs des plateformes de logistique urbaine s’installent dans des emplacements du centre de la métropole parisienne. On s’attend à ce que cela arrive chez nous d’ici à quelques années. On est attentif à ce sujet d'équilibre au titre de la consommation d’espaces et de la création d’emplois. On ne peut pas se passer de logistique.

Pourquoi avez-vous intégré Fibois Île-de-France en 2020 ? 

Filière bois : avoir des actions sur l’ensemble de la chaîne depuis la production en forêt »

La filière bois s’est structurée lors des dernières années et le travail se poursuit grâce à notre arrivée au sein du réseau Fibois Île-de-France en 2020. Nous devons agir sur l’ensemble de la chaîne, la production en forêt, les 1e et 2e transformations, avec les maîtres d’œuvre, les donneurs d’ordres et les maîtres d’ouvrage.

Quelles sont les conditions qui doivent guider les principes d’artificialisation des sols ?

Artificialisation des sols : le sujet de l’extension urbaine doit trouver sa limite »

Derrière le terme d’artificialisation des sols, il y a plusieurs notions qui se chevauchent en partie et chacune d’entre elles mérite réflexion et traitement. Le sujet de l’extension urbaine. Il doit trouver sa limite et correspondre à des besoins. 2e réflexion, le développement du recyclage urbain. C’est essentiel. À des échelles plus réduites, comment ménager les trames écologiques ? Comment limiter l’imperméabilisation ? Ce sont autant de points de vigilance. 

Que vous inspire le principe de surélévation en Île-de-France, utilisé pour densifier au moment où, à Montévrain (Seine-et-Marne), la construction d’une tour décarbonée de 58 m suscite des débats ? 

Surélévation : trouver un compromis entre le caractère urbain et l’acceptabilité locale »

Sur ce sujet de surélévation, il est primordial de regarder les avantages et les inconvénients pour chaque projet. Ce principe peut effectivement épargner du sol, de réserver de la pleine terre, de dégager des espaces verts dans certains nombre de cas. Après, on ne peut pas concevoir des bâtiments très élevés partout. Il faut trouver un compromis entre le caractère urbain et l’acceptabilité par le tissu local. Dans le cas du projet de Montévrain, à proximité d’une gare RER Réseau express régional d'Île-de-France , ce projet a beaucoup de qualités malgré les discussions en cours. En tout cas, il ne s’agît pas d’appliquer les mêmes recettes partout. Il est fondamental que cela s’insère bien dans le projet partagé avec les collectivités.

Laurent Girometti


Consulter la fiche dans l‘annuaire

Parcours

Établissement public d’aménagement de Marne-la-Vallée (EPA Marne - EPA France)
Directeur général
Direction Générale de l’Aménagement, du Logement et de la Nature (DGALN)
Directeur de l’habitat, de l’urbanisme et des paysages
Ville de Paris
Sous-directeur de la politique du logement
Agence nationale de l’habitat (ANAH)
Directeur technique et juridique
Préfecture de Paris et d’Île-de-France
Chef du bureau de l’habitat
Direction départementale de l'équipement de Seine-Saint-Denis (DDE 93)
Chef d’arrondissement territorial

Établissement & diplôme

École polytechnique (École polytechnique)
Diplômé

Fiche n° 30464, créée le 11/05/2018 à 18:03 - MàJ le 09/02/2021 à 15:07

Établissement public d’aménagement de Marne-la-Vallée (EPA Marne - EPA France) (EPAMARNE)

• Établissement public d’aménagement. Aménageur de l’est parisien (communes des agglomérations Paris-Vallée de la Marne et Marne-et-Gondoire) avec EPA France, sur 44 communes, 61 ZAC et 610 000 habitants
Création  : 1972 (le décret n° 2016-1838 a modifié le périmètre d’intervention d’EPA Marne, au JO du 24/12/2016)
Président  : Yann Dubosc (maire de Bussy Saint-Georges)
Directeur général  : Laurent Giacometti (depuis le 11/05/2018)
Responsable développement commercial : Romaric Nouat
Direction de la communication et des relations presse : Corinne Simoni
Tél.  : 01 64 62 45 12
Contact  : Amélie Ferrand, responsable médias et content manager

Catégorie : (AUA) Aménageur


Adresse du siège

5 Boulevard Pierre Carle
77448 Marne la vallee Cedex 2 France


Consulter la fiche dans l‘annuaire

Fiche n° 7077, créée le 11/05/2018 à 06:50 - MàJ le 09/02/2021 à 15:18


©  (EPA Marne / photo Christophe Caudroy)
Laurent Girometti, directeur général EPA Marn -EPA France - ©  (EPA Marne / photo Christophe Caudroy)