Exclusif« L’objectif de détenir 100 % d’immeubles certifiés verts d’ici à 2025 » (Olivier Estève, Covivio)

News Tank Cities - Paris - Interview n°224180 - Publié le 29/07/2021 à 09:00
- +
©  Covivio
Olivier Estève, directeur général délégué de Covivio - ©  Covivio

« Nous prévoyons d’intervenir largement sur notre patrimoine en intégrant l’ensemble de nos activités (bureaux, résidentiel, hôtels) en Europe à notre feuille de route de réduction de l’empreinte carbone. Notre objectif est de détenir 100 % d’immeubles certifiés verts d’ici à 2025 et de réduire nos émissions de gaz à effet de serre de 40 % d’ici à 2030 », déclare Olivier Estève Deputy CEO @ Covivio
, directeur général délégué de Covivio • Société d’investissement immobilier cotée (ex-Foncière des Régions devenue Covivio en mai 2018) Création : 1963 (ex-Foncière des Régions) Mission : accompagner entreprises et territoires dans… (ex-Foncière des Régions), le 28/07/2021 à Paris.  

La « trajectoire de réduction d’empreinte carbone prend en compte l’expérience acquise sur la construction bas carbone et les expérimentations complémentaires sur les matériaux, l’économie circulaire ou la biodiversité. En s’impliquant dans des initiatives telles que l’Alliance HQE-GBC • Association, alliance des professionnels Création : 1996 Missions : développer la Qualité environnementale des bâtiments. Reconnue d’utilité publique elle développe 4 missions : améliorer… , BBCA Bâtiment bas carbone - Label délivré aux bâtiments attestant « d’exemplarité en matière d’empreinte carbone » par Certivéa, Cerqual et Promotolec Services , Sekoya ou le Hub des Prescripteurs bas carbone, nous disposons d’une expertise forte dans ce sujet nous permettant de conforter notre vision à 10 ans. Plus de 50 % de nos opérations consistent en restructurations d’immeubles existants. La plupart recèlent à leur terme davantage de biodiversité qu’il n’en existait sur site auparavant », indique le directeur général délégué.

« L’option de transformation de bureaux en logements fait partie des opportunités. Elle doit revaloriser un bâtiment tertiaire qui arrive en fin de cycle ou dont la localisation n’est plus en ligne avec la stratégie de Covivio », dit-il.

Olivier Estève répond aux questions de News Tank.


« Les entreprises vont avoir une consommation différente de leur immobilier et rechercher plus d’espaces collaboratifs »

Avec quelle ligne de conduite, votre foncière a-t-elle traversé la crise sanitaire depuis mars 2020 ?  

La crise sanitaire et économique agit comme un catalyseur de tendances »

Covivio est armé pour la traverser car les tendances qui en découlent, sur nos 3 lignes d’activités du bureau, du résidentiel et de l’hôtellerie. Nous les avions anticipées bien avant que ne survienne la crise. En revanche, nous sommes tous d’accord pour dire que cette crise sanitaire et économique que nous traversons à l’échelle mondiale agit comme un catalyseur de tendances : flexibilité, digitalisation, services. Il faut aller plus vite et plus loin. Dans l’activité bureau, nous devons répondre aux entreprises qui se questionnent sur la fonction de leurs locaux et aux salariés qui ont déjà fait évoluer leurs habitudes, notamment avec le télétravail.

Dès le retour des salariés dans nos immeubles, leur sécurité a été notre priorité. Nous avons initié dès le printemps 2020, notre Care Program, une série de mesures pour garantir la sécurité, la santé et le bien-être de nos clients en bail classique ou contrat flexible via notre offre de proworking Wellio. Ainsi, nous avons déployé des mesures et protocoles très stricts, conçus et validés avec l’appui de partenaires experts tels que bureau Veritas, SPRIM, ou Kandu.

Tous les secteurs immobiliers ne sont pas été impactés pareillement par la crise sanitaire mondiale et ses conséquences. Quel est votre constat ?

Concernant l’activité résidentielle, déployée essentiellement en Allemagne, la crise n’a pas eu de réel impact sur ce secteur qui est particulièrement résilient et long terme. 

Près de 65 % d’hôtels fermés au plus fort de la crise »

Les activités hôtelières ont subi les effets de la crise, avec au plus fort de celle-ci, près de 65 % d’hôtels fermés. Par la suite, le redémarrage a été plus lent qu’espéré au début de l’année 2021. En revanche, nous notons un bon niveau de réservations pour le 2e semestre 2021. Le retour des vacances d'été et de la reprise économique devraient soutenir l’activité hôtelière pour une remontée en puissance vers 2023-2024 avec, en priorité, le retour de la clientèle domestique. 

Dans le bureau, il est certain qu’elle a suscité de nombreuses interrogations notamment sur l’utilisation des m² et les nouveaux besoins des entreprises (flexibilité, bien-être…). Les entreprises vont avoir une consommation différente de leur immobilier et rechercher par exemple davantage d’espaces collaboratifs (environ 40 % à 50 % supplémentaires) avec des lieux de détente et de convivialité. Les utilisateurs exigent de la flexibilité avec des espaces modulables en fonction des besoins. Aujourd’hui, on voit émerger, dans la majorité des entreprises, un scénario consensuel de 2 à 3 jours de télétravail par semaine avec un passage au flex office et le besoin d’espaces collaboratifs pour échanger et se retrouver. C’est ce que nous avons déjà embarqué dans la transformation progressive de notre patrimoine.

Comment évolue la transformation de vos actifs ?

Au 1e semestre 2021, nous avons livré 5 nouveaux projets »

Depuis 10 ans, Covivio s’est engagé dans une stratégie volontariste d’amélioration continue de la qualité de son patrimoine visant à adapter son patrimoine de bureaux aux nouveaux standards, tout en renforçant ses performances environnementales. Nous revisitons notre pipeline et adaptons notre pipeline de développement dans cet objectif. Au cours du 1e semestre 2021, nous avons livré 5 nouveaux projets, loués à 97 %, dont un à Paris et un à Montrouge (Hauts-de-Seine). D’ici à la fin de l’année 2021, nous prévoyons de lancer 3 nouveaux projets à Paris (Anjou, Monceau et Madrid-Saint Lazare). Nous comptons aussi poursuivre le développement du réseau Wellio, notre offre de pro-working et d’espaces flexibles créée en 2017 et qui compte aujourd’hui huit sites en Europe : 4 à Paris (Miromesnil, gare de Lyon, Montmartre et Gobelins), 1 à Marseille, 1 à Bordeaux, 1 à Milan et le dernier né à Lyon.

Covivio est présent en France sur l’activité transformation de bureaux en logements pour laquelle nous venons d’obtenir les permis de construire pour trois nouveaux projets de développement de 10 600 m2, 5 000 m2 et 7 300 m2 à Bobigny (Seine-Saint-Denis), Antony (Hauts-de-Seine) et Chartres (Eure-et-Loir). Un 4ème projet est aussi prévu à Fontenay-sous-Bois (22 850 m2).

Quelle est votre stratégie en France et en Europe de réduction d’empreinte carbone ? 

Détenir 100 % d’immeubles certifiés « verts » d’ici à 2025 »

Nous prévoyons d’intervenir largement sur notre patrimoine en intégrant l’ensemble de nos activités (bureaux, résidentiel, hôtels) en Europe à notre feuille de route de réduction de l’empreinte carbone. Notre objectif est de détenir 100 % d’immeubles certifiés « verts » d’ici à 2025 et de réduire nos émissions de gaz à effet de serre de 40 % d’ici à 2030. Notre trajectoire de réduction d’empreinte carbone prend en compte l’expérience acquise sur la construction bas carbone et les expérimentations complémentaires sur les matériaux, l’économie circulaire ou la biodiversité.

En s’impliquant dans des initiatives telles que l’Alliance HQE Haute qualité environnementale -GBC, BBCA Bâtiment bas carbone - Label délivré aux bâtiments attestant « d’exemplarité en matière d’empreinte carbone » par Certivéa, Cerqual et Promotolec Services , Sekoya ou le Hub des Prescripteurs bas carbone, nous disposons d’une expertise forte nous permettant de conforter notre vision à 10 ans. Plus de 50 % des opérations de Covivio consistent en restructurations d’immeubles existants et la plupart recèlent à leur terme davantage de biodiversité qu’il n’en existait sur site auparavant.

Quelle est votre stratégie de développement en régions, notamment dans le Sud-Ouest ?

Présent au sein des métropoles européennes les plus attractives »

Covivio est présent au sein des métropoles européennes les plus attractives dont Bordeaux, Marseille, Toulouse ou encore Montpellier en France. Nous comptons dans notre patrimoine la Cité Numérique à Bordeaux qui héberge un espace de pro-working Wellio. Nous développons aussi à Bordeaux Lac, le projet Noeme, ancien site tertiaire IBM que nous transformons en un nouveau quartier urbain de 45 000 m² et qui proposera 700 logements. Nous agissons comme investisseur et opérateur immobilier, de l’acquisition à la gestion, en passant par la rénovation et la transformation d’actifs. Je rappelle que Covivio est propriétaire dans le Sud-Ouest de bureaux loués à des clients comme Enedis, Orange, IBM, Egis et Schlumberger.

Aux côtés d’Icade, nous sommes co-investisseurs et propriétaire des 3 immeubles de bureaux livrés pour partie fin 2018 et au 2e trimestre 2019 sur le programme Quai 8.2 de 43 000 m² réalisé sur 5 bâtiments dans la ZAC Zone d’aménagement concerté - procédure d’urbanisme qui permet aux collectivités ou aux établissements publics y ayant vocation, de réaliser ou de faire réaliser des opérations d’aménagement urbain Bordeaux Saint-Jean Belcier, à proximité de la gare de Saint-Jean, et emblématique pour l’EPA Établissement public d’aménagement - Établissements publics à caractère industriel et commercial, créés par décret en Conseil d’État pour favoriser l’aménagement et le développement durable. Bordeaux Euratlantique • Établissement public d’aménagement dont la mission a été la mise en service de la LGV. À Bordeaux, il organise une programmation générale d’aménagement de 2,5 millions de m2, dont 1,4 million de m2 . À Toulouse, plusieurs projets sont en gestation, notamment le long du canal du Midi où nous envisageons une opération de redéveloppement sur 10 000 m².

La transformation de bureaux en logements entre-t-elle dans vos plans ? 

Bureaux en logements : 150 000 m² de projets potentiels identifiés en France »

L’option de transformation de bureaux en logements fait partie des opportunités pour revaloriser un bâtiment tertiaire qui arrive en fin de cycle ou dont la localisation n’est plus en ligne avec la stratégie de Covivio. Quand nous identifions des actifs dans lesquels la destination bureau n’a plus de sens, nous le transformons en logement et le revendons. Nous avons d’ailleurs une équipe interne de 14 personnes dédiée à cette activité. Près de 150 000 m2 de projets potentiels sont identifiés en France, dont certains engagés avec 1 545 logements qui seront en cours de construction d’ici à fin 2021 dans le Grand Paris et à Bordeaux.

Covivio annonce le 19/07/2021 l’acquisition d’un portefeuille de 552 logements pour un montant de 130 M€ à Berlin (Allemagne)Situés dans des quartiers très attractifs, les 19 actifs acquis représentent une surface totale de 41 500 m² et bénéficieront d’un programme de travaux et d’asset management pour en améliorer la qualité et la performance environnementale, selon l’opérateur immobilier. 

Olivier Estève


Consulter la fiche dans l‘annuaire

Parcours

Covivio
Deputy CEO
Bouygues Construction (filiale SCREG bâtiment)
Directeur développement

Établissement & diplôme


Fiche n° 34017, créée le 29/01/2019 à 15:39 - MàJ le 29/07/2021 à 07:43

Covivio

• Société d’investissement immobilier cotée (ex-Foncière des Régions devenue Covivio en mai 2018)
Création : 1963 (ex-Foncière des Régions)
Mission : accompagner entreprises et territoires dans leur stratégie immobilière
Patrimoine (2019) : 24 Md€
Chiffre d’affaires (2020) : 874 M€

Résultat opérationnel : 756 M€

Résultat net (part du groupe) : 359 M€
Effectif : 970 collaborateurs
Président du conseil d’administration : Jean Laurent
Directeur général : Christophe Kullmann
Directeur général délégué : Olivier Estève
Tél. : 01 58 97 51 00
Contact


Catégorie : (AUA) Foncière


Adresse du siège

30, Avenue Kléber
75208 Paris Cedex 16 France


Consulter la fiche dans l‘annuaire

Fiche n° 6659, créée le 22/02/2018 à 11:29 - MàJ le 19/07/2021 à 11:35


©  Covivio
Olivier Estève, directeur général délégué de Covivio - ©  Covivio