Début

Pourquoi ne pas faire du logement un levier de relance économique ? (Michel Pelenc, Soliha)

Paris - Publié le vendredi 24 juillet 2020 à 10 h 49 - n° 189315 La crise sanitaire que nous venons de traverser a cruellement rappelé l’inégalité des Français face à leur condition de logement. Pour SolihaSoliha, Solidaires pour l’habitat, le logement est d’abord une question politique. Le logement est un droit fondamental pour avoir une adresse, une intimité, prendre pied dans la société et pouvoir se projeter dans l’avenir. Soliha milite pour un « Plan de transformation durable et solidaire du parc de logements » et formule des propositions pour construire l’après-crise en réaffirmant le rôle de 1e plan que doit jouer le parc privé. Enfin, Soliha agit, dans la foulée des travaux de la Convention citoyenne pour le climat, en lançant à la rentrée 2020, un programme expérimental : 100 % rénové, 100 % financé, 100 % accompagné, à destination des ménages les plus modestes, écrit Michel PelencMichel Pelenc, directeur général de la Fédération Soliha, Solidaires pour l’habitat, dans une tribune adressée à News Tank, le 17/07/2020.

Cette crise sanitaire va durement impacter l’économie française. Pourquoi ne pas faire du logement un levier de relance ? Le secteur du logement est un puissant moteur de relance économique. Les dépenses totales qui lui sont liées pèsent 21,9 % du produit intérieur brut. Le gouvernement a fait le parallèle avec la crise de 1929. Dès lors, pourquoi ne pas convoquer le « New deal » qui s’est traduit, à l’époque, par des actions sociales d’urgence, de grands investissements, notamment, la construction de logements ou encore l’embauche de jeunes dans des travaux d’utilité publique ? Soliha, 1er réseau associatif national au service de l’habitat privé à vocation sociale (avec 130 structures), propose un ensemble d’actions de transformation.

Voici la tribune de Michel Pelenc.
Michel Pelenc, dg de Soliha - © D.R.

Pour un plan de transformation durable et solidaire du parc de logements

La crise sanitaire que nous venons de traverser a cruellement rappelé l’inégalité des Français face à leur condition de logement. Pour Soliha, Solidaires pour l’habitat, le logement est d’abord une question politique. Le logement est un droit fondamental pour avoir une adresse, une intimité, prendre pied dans la société et pouvoir se projeter dans l’avenir. Soliha milite pour un « Plan de transformation durable et solidaire du parc de logements ». Soliha formule des propositions pour construire l’après-crise en réaffirmant le rôle de premier plan que doit jouer le parc privé. Enfin, Soliha agit, dans la foulée des travaux de la Convention citoyenne pour le climat, en lançant à la rentrée 2020, un programme expérimental : 100 % rénové, 100 % financé, 100 % accompagné, à destination des ménages les plus modestes.

La crise sanitaire a agi comme un révélateur de la crise du logement

Certains ménages s’entassent dans des logements exigus faute de logements à loyer abordable dans les zones tendues. Certains ménages vivent dans les logements insalubres, ce qui pose des problèmes de sécurité et présente un vrai danger pour leur santé. Pour les habitants et résidents qui vivent dans des structures collectives (centres d’hébergement, pensions de familles, résidences sociales, EHPADEhpadÉtablissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes), toutes les conditions ont été réunies pour en faire des clusters. Il en va de même pour les populations qui vivent dans des bidonvilles ou des squats, en particulier, dans les Outre-mer. Quant aux sans domicile fixe, ils se sont trouvés dans une situation aggravée, avec plus de difficulté pour se nourrir et accéder aux soins. Enfin, la crise que nous traversons va se traduire par une réduction du pouvoir d’achat de nombreux ménages, voire par la perte d’emploi de beaucoup d’entre eux. Les impayés de loyers vont augmenter, les menaces d’expulsion se multiplier.

Faire du logement un levier de relance ?

Cette crise sanitaire va durement impacter l’économie française, pourquoi ne pas faire du logement un levier de relance ?

Le secteur du logement est un puissant moteur de relance économique. Les dépenses totales qui lui sont liées pèsent 21,9 % du produit intérieur brut. Le Gouvernement a fait le parallèle avec la crise de 1929. Dès lors, pourquoi ne pas convoquer le « New deal » qui s’est traduit, à l’époque, par des actions sociales d’urgence, de grands investissements, notamment, la construction de logements ou encore l’embauche de jeunes dans des travaux d’utilité publique ?

Soliha, Solidaires pour l’habitat, propose un ensemble d’actions de transformation

  • Généraliser le dispositif « Logement d’abord » à l’ensemble des intercommunalités et changer de braquet en produisant plus de logements très sociaux et en mobilisant, à grande échelle, le parc privé à des fins sociales, notamment en triplant, l’offre en intermédiation locative en 5 ans (soit passer à un parc de 200 000 logements).
  • Systématiser le dispositif « Un chez-soi d’abord » de façon à ce que plus personne ne soit à la rue.
  • Bâtir un plan de relance sur 10 ans pour en finir avec 3 fléaux.
  • Les 3,2 millions de logements énergivores, en finançant à 100 % les projets de rénovation énergétique des ménages très modestes et en les accompagnant de A à Z pour assurer la meilleure performance énergétique des travaux entrepris. Ce qui correspond à une attente forte de la Convention citoyenne pour le climat.
  • Les 600 000 logements insalubres, tant en milieu urbain que rural.
  • Les bidonvilles, en particulier, dans les Outre-mer où 300 000 personnes (estimation de la Fédération Soliha) survivent aujourd’hui.

Je rappelle qu’il s’agit, là, d’investissements, si l’on veut bien prendre en compte les conséquences de ces plans de rénovation d’un point de vue économique (création d’emplois), environnemental (moins de gaz à effet de serre), social (gain de pouvoir d’achat pour les ménages) et sanitaire (économies de santé).

BBC Solidaires, 100 % rénové, 100 % financé, 100 % accompagné

Dans cet esprit, Soliha lance à la rentrée 2020 un programme expérimental intitulé : 100 % rénové, 100 % financé, 100 % accompagné, à destination des ménages les plus modestes. Le programme poursuit 3 objectifs :

  • démontrer que les logements énergivores occupés par des ménages modestes et très modestes, peuvent être transformés en logement BBCBBCBâtiment basse consommation - dont la consommation énergétique globale est inférieure à 50 kWh d’énergie/an/m² dans le neuf ; 40 à 75 kWh/an/m² selon l'altitude et 80 kWh/an/m² dans l'existant rénové avec un reste à charge proche de 0,
  • faire du Mouvement Soliha, l’acteur de référence de la transition écologique et solidaire du parc de logements existants,
  • tirer les enseignements de l’expérimentation, analyser les solutions exemplaires, pour les démultiplier.

La crise sanitaire a fortement impacté le Mouvement Soliha

Les 2 800 salariés Soliha œuvrent dans 2 grands domaines :

  • La réhabilitation des logements, notamment la rénovation énergétique, l’adaptation des logements au vieillissement, la revitalisation des centres bourgs et des copropriétés.
  • Le logement d’abord, notamment, le développement d’une offre à loyers maîtrisés dans le parc privé, ou via des pensions de familles, la production de logements très sociaux insérés dans le tissu urbain et encore l’accompagnement social de personnes en difficultés.

Pendant la crise sanitaire, les équipes Soliha sont restées mobilisées auprès de leurs publics. Soliha a revu son organisation pour maintenir certaines missions à distance et préserver les liens notamment auprès des ménages les plus fragiles. L’activité de « réhabilitation », qui suppose des visites à domiciles a dû être suspendue pendant presque deux mois. Côté particuliers, elle a redémarré de façon rapide et soutenue, en respectant, bien entendu, les gestes barrières. Côté collectivités locales, par contre, des appels d’offres ont été décalés, l’activité reprend plus lentement. Au total, les responsables des structures évoquent sur l’année un recul de production de 10 % à 15 %.

L’activité de « Logement d’abord », qui suppose, notamment, la gestion de logements sociaux et de structures collectives, l’accompagnement de ménages très fragiles, a, elle aussi, été impactée. Mais moins, les responsables évoquent sur l’année un recul de production de 8 à 15 %. Lors de cette période, 75 % de nos associations ont eu recours au chômage partiel, à hauteur de 25 % en moyenne.

Pour autant, l’année n’est pas terminée. Il peut y avoir rebond de la pandémie, et puis, les collectivités locales voient leurs ressources diminuer de façon significative, ce qui ne va pas manquer d’impacter leur commande d’opérations programmées, de programmes d’intérêt général ou de revitalisation de leur centres. Pour prévenir, les besoins de financement inhérents à cette baisse d’activité, bon nombre de nos structures ont eu recours à Prêt Garanti par l’État.

Rubrique dirigée par Jean-Luc Berho

Rubrique dirigée par Jean-Luc Berho

La rubrique est dirigée par Jean-Luc Berho (berhoji@laposte.net), créateur des Entretiens d’Inxauseta sur le logement et l’habitat, qui auront lieu le 28/08/2020 à Bunus (Pyrénées-Atlantiques), et président de la Coopérative de l’immobilier, à Toulouse. La rubrique a vocation à mettre en exergue des avis experts sur le logement, la politique de la ville, l’urbanisme et l’aménagement des territoires, en France et à l’international.

Michel Pelenc

Fiche n° 32673, créée le 10/09/18 à 14:34 - MàJ le 10/09/18 à 14:42

Michel Pelenc



Parcours Depuis Jusqu'à
Soliha
Directeur général Mai 2015 Aujourd'hui
Mai 2015 Aujourd'hui
Fédération habitat & développement
Directeur Avril 1990 à Juin 2015
Avril 1990 Juin 2015
Êtablissement & diplôme Année(s)
Université Lumière - Lyon 2
Doctorat en économie / MBA Management du développement 1972 - 1979
1972 1979

Soliha

Fiche n° 6341, créée le 24/01/18 à 05:12 - MàJ le 24/07/20 à 10:41

Soliha

• Fédération nationale, réseau associatif national au service de l’habitat privé à vocation sociale avec 130 organismes d’aide aux particuliers, collectivités locales et institutions sociales
Mission : améliorer les conditions d’habitat des populations défavorisées, fragiles et vulnérables et revitaliser les bourgs et quartiers dégradés.
Parc : 32 390 logements sociaux gérés, 9 500 logements en propriété (2018)
Effectif : 2 800 salariés et 2 200 bénévoles
Chiffre d’affaires (2018) : 211 M€
Présidente : Hélène Pélissard
Directeur général : Michel Pelenc
Contact : Naziha Nhari, Coordinatrice communication
Tél. : 01 42 81 97 80 / 06 38 38 37 73



Soliha
27 rue de la Rochefoucauld
75009 Paris - FRANCE
Téléphone : 01 42 81 97 70
vCard meCard .vcf VCARD

Fin
loader mask
1