Début

Investissons dans une politique sociale de l’habitat ambitieuse et responsable (F. Guéguen, FAS)

Paris - Publié le lundi 24 août 2020 à 10 h 23 - n° 191051 Contre la pauvreté qui monte, investissons dans une politique sociale de l’habitat ambitieuse et responsable ! Au moment où le pays s’enfonce dans une crise sociale majeure, marquée par le chômage de masse et l’augmentation à venir du taux de pauvreté, une politique de l’habitat juste, ambitieuse et responsable doit s’appuyer sur la relance de la production de logements accessibles aux populations précaires et classes populaires qui subissent durement les contrecoups de la crise sanitaire. Dans ce contexte, le logement social est aujourd’hui, plus que jamais, un bien commun instrument central de lutte contre les inégalités et la paupérisation de toute une partie de la population subissant des pertes d’emploi, de revenus et des dépenses supplémentaires liées aux effets de la crise sanitaire, écrit Florent GuéguenFlorent Guéguen, directeur de la fédération des acteurs de la solidarité (FAS), présidée par Louis Gallois, dans une tribune adressée à News Tank le 05/08/2020.

Alors que 4 millions de personnes subissent le mal-logement, que 2 millions attendent l’attribution d’un logement social, que les impayés de loyers progressent dangereusement, les associations de lutte contre l’exclusion attendent du Gouvernement et des collectivités locales un plan de relance des politiques sociales de l’habitat. Il doit s’appuyer sur 6 leviers prioritaires :
• relance de la production de logements accessibles aux plus précaires et aux travailleurs pauvres ;
• droit à l’accompagnement dans le logement des ménages confrontés à des difficultés d’accès aux droits sociaux, aux soins ou à des chutes brutales de ressource ;
• soutien au pouvoir d’achat des ménages modestes, dans un contexte de baisse des ressources qui menace le maintien dans le logement ;
• attribution plus juste respectant l’obligation légale de mobilisation de 25 % des logements en faveur des 1e quartiles pour tous les contingents, en dehors des quartiers politique de la ville ;
• intervention publique anti-spéculation immobilière qui garantisse le droit à la ville aux populations modestes et classes moyennes chassées des centres-villes par la flambée des prix dans les grandes métropoles ;
• rénovation de l’habitat concourant à la transition énergétique par la lutte contre les passoires thermiques et adaptation des logements au vieillissement de la population.

Le plan de relance gouvernemental, présenté à la rentrée, constitue une occasion unique pour investir dans une nouvelle politique sociale de l’habitat garantissant le droit au logement, le droit à la ville et qui participe à la transition écologique attendue par le pays.

Voici la tribune de Florent Guéguen, avant les Entretiens d’Inxauseta, le 28/08/2020 à Bunus (Pyrénées-Atlantiques) sur le thème « Imaginons une politique de l’habitat ambitieuse, juste et éco-responsable ».
Florent Guéguen - © D.R.
Florent Guéguen - © D.R.

Les 6 leviers prioritaires d’un plan de relance des politiques sociales de l’habitat

Au moment où le pays s’enfonce dans une crise sociale majeure, marquée par le chômage de masse et l’augmentation à venir du taux de pauvreté, une politique de l’habitat juste, ambitieuse et responsable doit s’appuyer sur la relance de la production de logements accessibles aux populations précaires et classes populaires qui subissent durement les contrecoups de la crise sanitaire.

Dans ce contexte, le logement social est, plus que jamais, un bien commun instrument central de lutte contre les inégalités et la paupérisation de toute une partie de la population subissant des pertes d’emploi, de revenus et des dépenses supplémentaires liées aux effets de la crise sanitaire. Alors que 4 millions de personnes subissent le mal-logement, que 2 millions attendent l’attribution d’un logement social, que les impayés de loyers progressent dangereusement, les associations de lutte contre l’exclusion attendent du Gouvernement et des collectivités locales un plan de relance des politiques sociales de l’habitat s’appuyant sur 6 leviers prioritaires :

  • la relance de la production de logements accessibles aux plus précaires et aux travailleurs pauvres nécessite un doublement de la production annuelle de PLAIPLAIPrêt locatif aidé d'intégration - réservés aux personnes en situation de grande précarité qui stagnent entre 30 et 35 000 logements par an. Les bailleurs doivent être plus fortement encourager à soutenir cette production par une revalorisation des aides à la pierre (qui se sont effondrés sur les 10 dernières années) et une fiscalité du logement très social plus incitative. La captation de 50 000 logements conventionnés par an dans le parc privé complèterait cette offre publique et permettrait de trouver des solutions de sortie aux personnes- souvent des familles- aujourd’hui bloqués dans l’hébergement d’urgence et à l’hôtel.
  • La mise en place d’un droit à l’accompagnement dans le logement des ménages confrontés à des difficultés d’accès aux droits sociaux, aux soins ou à des chutes brutales de ressource. Cette politique de renforcement de l’accompagnement social réalisé par les associations passe par un abondement significatif du Fonds national d’accompagnement vers et dans le logement (FNAVDL) inscrit dans le budget de l’État permettant de prescrire une mesure à chaque fois que cela est nécessaire.
  • Un soutien actif au pouvoir d’achat des ménages modestes, dans un contexte de baisse des ressources qui menace le maintien dans le logement. Cet axe central du plan de relance attendu par les associations passe par une revalorisation significative des APL -qui se sont effondrées depuis 2017- et la reprise des travaux d’élaboration d’une garantie universelle des loyers pour endiguer les expulsions locatives qui n’ont cessé de progresser depuis 20 ans.
  • Une politique d’attribution plus juste qui respecte l’obligation légale de mobilisation de 25 % des logements en faveur des premiers quartiles, pour tous les contingents, en dehors des quartiers politique de la ville. Cette orientation doit faciliter la sortie de l’hébergement vers le logement de dizaines de milliers de ménages sans domicile fixe, avec un accompagnement. 
  • Une intervention publique anti-spéculation immobilière qui garantisse le droit à la ville aux populations modestes et classes moyennes chassées des centres-villes par la flambée des prix dans les grandes métropoles. L’encadrement des loyers doit être dans ce sens généralisé dans les zones tendues tandis que l’État doit soutenir les initiatives de « propriété collective des sols » menées dans le cadre de la création des organismes fonciers solidaires.
  • Enfin, une politique de rénovation de l’habitat concourant à la transition énergétique par la lutte contre les passoires thermiques et l’adaptation des logements au vieillissement de la population. Alors que la précarité énergétique touche 5,6 millions de ménages en France, en particulier les plus pauvres, l’État et les collectivités locales doivent se fixer un engagement de rénovation de 7 millions de logements énergivores par une politique beaucoup plus ambitieuse de subvention, de fiscalité incitative et d’accompagnement des propriétaires.

Le plan de relance gouvernemental, qui sera présenté à la rentrée, constitue une occasion unique pour investir dans une nouvelle politique sociale de l’habitat garantissant le droit au logement, le droit à la ville et qui participe à la transition écologique attendue par le pays. Dans un contexte de forte récession, l’investissement publique dans une nouvelle politique sociale de l’habitat serait aussi un levier de croissance responsable et de créations d’emplois bénéficiant à l’ensemble de la population. Au croisement des enjeux sociaux, économiques et environnementaux, assumons d’investir dans le logement social, premier « bien commun » de la Nation.

Rubrique animée par Jean-Luc Berho

Rubrique animée par Jean-Luc Berho

La rubrique est dirigée par Jean-Luc Berho (berhoji@laposte.net), créateur des Entretiens d’Inxauseta, événement annuel dédié aux politiques du logement et de l’habitat. L'édition 2020 à lieu le 28/08/2020 à Bunus (Pyrénées-Atlantiques). Il est également président de la Coopérative de l’immobilier, à Toulouse. La rubrique a vocation à mettre en exergue des avis experts sur l’accès au logement, le parcours résidentiel, la politique de la ville, l’urbanisme et l’aménagement des territoires, en France et à l’international.

Florent Guéguen

Fiche n° 33173, créée le 31/10/18 à 11:36 - MàJ le 23/08/20 à 12:03

Florent Guéguen



Parcours Depuis Jusqu'à
Fédération des acteurs de la solidarité
Directeur général Octobre 2012 Aujourd'hui
Octobre 2012 Aujourd'hui
Ville de Paris
Conseiller du maire de Paris en charge de la lutte contre l'exclusion et de la protection de l'enfance Mars 2008 à Octobre 2012
Mars 2008 Octobre 2012
Êtablissement & diplôme Année(s)
Université Paris 1 - Panthéon-Sorbonne
DEA de Sciences Politiques 1995 - 1996
1995 1996

Fédération des acteurs de la solidarité

Fiche n° 7838, créée le 31/10/18 à 12:42 - MàJ le 23/08/20 à 12:06

Fédération des acteurs de la solidarité

• Fédération d’associations agissant dans les domaines de la lutte contre l’exclusion, l’insertion et la solidarité. Elle revendique 870 associations membres et 900 000 personnes en difficulté accueillies par an
Mission : assure la gestion 2 800 structures dont 800 CHRS, 900 ateliers et chantiers d’insertion, 75 000 places d’hébergement et de logement temporaire, 30 000 postes de travail en insertion, 12 000 places en centres d’accueil de demandeurs d’asile, plus de 15 000 intervenants sociaux
Création : 1956
Président : Louis Gallois
Directeur général : Florent Guéguen
Contact : Audrey Jane Baldi, responsable du service communication
Tél : 01 48 01 82 06 / 06 17 80 03 52



Fédération des acteurs de la solidarité
76, rue du Faubourg-Saint-Denis
75010 Paris - FRANCE
vCard meCard .vcf VCARD

Fin
loader mask
1