Demandez votre abonnement gratuit d'un mois !

Les nouveaux défis du logement social imposent un changement de culture (D. Duband, Réseau Batigère)

News Tank Cities - Paris - Tribune n°254524 - Publié le 10/06/2022 à 09:00
- +
©  D.R.
Dominique Duband - ©  D.R.

Au cours des dernières décennies, les acteurs du logement social ont su relever de nombreux défis. Celui de la reconstruction d’après-guerre, puis de l’urbanisation de la France avec la construction massive de logements dans les années 60 et 70, qui a permis d’éradiquer les bidonvilles et l’habitat insalubre, de rénover les grands ensembles depuis le début des années 2000 et plus récemment de revitaliser les centres-villes. Évidemment, la production de logements sociaux notamment dans les métropoles reste d’actualité. Cependant, devant nous se présentent de nouveaux défis tout aussi importants et complexes. Le secteur du bâtiment représente 44 % de l’énergie consommée en France et près du quart des émissions de dioxyde de carbone (CO2). C’est donc un secteur clé pour atteindre l’objectif de la neutralité carbone en 2050, écrit Dominique Duband Membre du comité exécutif @ Union sociale pour l’habitat (USH) • 1e vice-président @ Fédération des entreprises sociales pour l’habitat • Président @ Réseau Batigère
, président du Réseau Batigère • Structure du groupe Batigère • Missions : logement social, constructions neuves, réhabilitation de patrimoine et accompagnement social • Parc locatif : 125 000 logements (Réseau Batigère), dont… , dans une tribune adressée à News Tank le 08/06/2022.

Pour la production, nous devrons être beaucoup plus économes en béton et réutiliser des anciens bâtiments en changeant leur destination. On peut s’interroger sur les démolitions en cherchant d’autres alternatives  par des reconversions de bâtiments existants beaucoup moins émettrices de carbone. Il nous faudra chauffer (et peut-être rafraîchir) les logements avec des énergies décarbonées, alors que pendant 40 ans, on a installé des chaudières individuelles au gaz en étant convaincu que c’était la meilleure solution pour les locataires.

Voici la tribune de Dominique Duband. Le groupe Batigère fédère 29 organismes œuvrant dans le secteur du logement abordable et représentant plus de 150 000 logements.


Les nouveaux défis du logement social…

Au cours des dernières décennies, les acteurs du logement social ont su relever de nombreux défis. Celui de la reconstruction d’après-guerre, puis de l’urbanisation de la France avec la construction massive de logements dans les années 60 et 70, qui a permis d’éradiquer les bidonvilles et l’habitat insalubre, de rénover les grands ensembles depuis le début des années 2000 et plus récemment de revitaliser les centres-villes. Évidemment la production de logements sociaux notamment dans les métropoles reste d’actualité. Cependant, devant nous se présentent de nouveaux défis tout aussi importants et complexes.

Le secteur du bâtiment représente 44 % de l’énergie consommée en France et près du quart des émissions de dioxyde de carbone (CO2). C’est donc un secteur clé pour atteindre l’objectif de la neutralité carbone en 2050.

… imposent un changement de culture…

Cette transformation, qui concerne à la fois les nouveaux bâtiments mais aussi et surtout la totalité des bâtiments existants, impose un profond changement de notre culture de production, d’aménagement et de rénovation.

Pour la production nous devrons être beaucoup plus économes en béton et réutiliser des anciens bâtiments en changeant leur destination. On peut s’interroger sur les démolitions en cherchant d’autres alternatives  par des reconversions de bâtiments existants beaucoup moins émettrices de carbone. Il nous faudra chauffer (et peut-être rafraîchir) les logements avec des énergies décarbonées, alors que pendant 40 ans, on a installé des chaudières individuelles au gaz en étant convaincu que c’était la meilleure solution pour les locataires.

Ne pas avoir peur de densifier des terrains déjà construits »

Pour l’aménagement urbain, la loi qui impose Zéro artificialisation nette des sols à l’horizon 2050 oblige à revoir dès à présent les politiques des collectivités territoriales. La consommation de terres nouvelles faciles à aménager va diminuer drastiquement. Par chance,  des zones entières consacrées au commerce dans les périphéries de ville et qui étaient de piètre qualité, vont pouvoir être reconverties. Le réaménagement de friches y compris en centre ville deviendra de plus en plus pertinent. Il ne faudra pas avoir peur de densifier des terrains déjà construits, la densité n’étant pas l’ennemie de la qualité de l’habitat contrairement à une idée reçue.

Enfin, pour la rénovation des immeubles de logements, il s’agit d’une montée en qualité très significative. L’éradication des logements classés E, F et G dès 2034 nécessite de penser la rénovation de manière globale y compris le changement des modes de chauffage.

… et de nouveaux outils

Le logement social, qui représente 15 % des résidences principales, est certainement le premier secteur à pouvoir relever ces défis et porter ces changements de culture. Il contribuera ainsi à ce que la France respecte sa trajectoire pour limiter le réchauffement à 1,5°C à l’horizon 2050.

La vision long terme est dans l’ADN du logement social »

Au cours des dernières années, le secteur s’est profondément réorganisé. De nombreux regroupement se sont opérés qui ont fait émerger des acteurs à la surface financière significative, avec des domaines de compétences élargis et solides. Le nombre d’acteurs limité comparé à la dispersion des propriétaires particuliers (sans parler de la complexité des prises de décision dans les copropriétés), rend possible une mise en action rapide. Les lieux de décision sont clairement identifiés. Le niveau de compétence est élevé dans les domaines techniques et financiers. La vision long terme est dans l’ADN du logement social.

Alors comment créer les conditions de cette transformation ? D’abord, par une territorialisation des objectifs. Ce sont les collectivités locales qui ont tous les outils de mise en œuvre des politiques de l’habitat : les plans locaux d’urbanisme et de l’habitat, le droit de préemption, les permis de construire , les permis d’aménager… Et tous les territoires sont concernés par ces investissements, pas seulement les métropoles ! Alors faisons confiance aux collectivités dans un contrat avec L’État et les acteurs du territoire.

Montée en compétence de toute la filière de la maîtrise d’ouvrage »

Ensuite, par une montée en compétence de toute la filière de la maîtrise d’ouvrage aux entreprises. Cela passera par un effort de formation de toutes les parties prenantes et des investissements dans la recherche et le développement de nouvelles technologies. Enfin, par des modes de financement nouveaux. À l’instar de l‘Agence nationale pour la rénovation urbaine créée au début des années 2000 pour traiter les grands ensembles, cette grande ambition de décarbonation du secteur du logement social mérite un mode de financement dédié, adapté aux enjeux de long terme et mixant subventions et prêts de très longue durée.

Cet objectif ambitieux pourrait  ainsi devenir une source d’opportunités pour globalement améliorer la qualité de l’habitat au profit de nos concitoyens.

La rubrique est dirigée par Jean-Luc Berho (berhoji@laposte.net), créateur des Entretiens d’Inxauseta, événement annuel dédié aux politiques du logement et de l’habitat. La prochaine édition a eu lieu le 26/08/2022 à Bunus (Pyrénées-Atlantiques) sur le thème de l’urgence à agir. Jean-Luc Berho est également président de la Coopérative de l’immobilier, à Toulouse. La rubrique a vocation à mettre en exergue des avis experts sur l’accès au logement, le parcours résidentiel, la politique de la ville, l’urbanisme et l’aménagement des territoires, en France et à l’international.

Dominique Duband


Consulter la fiche dans l‘annuaire

Parcours

Union sociale pour l’habitat (USH)
Membre du comité exécutif
Batigère
Président
Solorem
En charge des zones d’aménagement concerté de l’agglomération de Nancy
Conseil général de Meurthe-et-Moselle
En charge des collèges et des aides à l’enseignement supérieur
Direction départementale de l'équipement de Meurthe-et-Moselle
Ingénieur

Établissement & diplôme

Institut d’administration des entreprises
DESS, administration des entreprises
ENTPE (École nationale des travaux publics de l'État)
Ingénieur des TPE, bâtiment travaux publics

Fiche n° 32471, créée le 29/08/2018 à 11:04 - MàJ le 10/06/2022 à 07:59

Batigère

• Le groupe Batigère est composé de 10 ESH, 4 coopératives HLM, 3 associations, 3 GIE, 3 fondations, une société de logement intermédiaire et une SACICAP
Missions : logement social, très social et accession sociale
Implantations : Grand-Est, Ile-de-France, Auvergne-Rhône-Alpes, Provence-Alpes-Côte d’Azur
Effectif : 1 600 collaborateurs
Parc : 148 000 logements
Création : 1985
Président : Nicolas Zitoli
Président du directoire : Claude Knapik
Contact : Adrien de Chadirac, responsable presse
Tél  : 03 87 39 56 20

Catégorie : Bailleurs sociaux


Adresse du siège

6, avenue André Malraux
CS 20414
57008 Metz Cedex 01 France


Consulter la fiche dans l‘annuaire

Fiche n° 8845, créée le 26/06/2019 à 05:02 - MàJ le 08/03/2021 à 10:37

  

Réseau Batigère

• Structure du groupe Batigère
• Missions : logement social, constructions neuves, réhabilitation de patrimoine et accompagnement social
• Parc locatif : 125 000 logements (Réseau Batigère), dont 75 000 chez Batigère
- 230 000 personnes logées en France
• Création : 1985
• Président du directoire : Claude Knapik
• Président du réseau : Dominique Duband
• Effectif : 2 000 personnes
• Chiffre d’affaires Batigère Île-de-France (2016) : 100,8 M€
• Contact : Sylvie Goury
• Tél. : 03 87 39 57 57

Catégorie : Bailleurs sociaux


Adresse du siège

GIE Amphithéâtre
6, avenue André Malraux
CS 20414
57008 Metz Cedex 01 France


Consulter la fiche dans l‘annuaire

Fiche n° 7507, créée le 08/08/2018 à 04:18 - MàJ le 13/06/2022 à 12:50

©  D.R.
Dominique Duband - ©  D.R.